Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de nephret
Quelques poêmes, quelques réflexions, un peu journal intime et surtout partage des mots et des idées...

Confidences

nephret #Textes

duo-M106.jpg

 

 

Amour,

 

Et si je profitais de ce temps confisqué pour bavarder avec toi. Bien sur, il n’y a pas le charme du dialogue et le pétillement de ton regard quand je te parle.

J’aime ce sourire qui nait de l’intérieur de toi et qui illumine toute ta personnalité.

Et je me dis que c’est moi (parfois) qui suis à l’origine de cette métamorphose, que mes mots sauvages (dans le sens pas domestiqués, pas policés) un peu à l’emporte pièce ont le mérite de te faire rire spontanément.

Combien j’aime aussi ce rire qui naît de la gravité, du désir.

Comme si, au plus fragile de la communion, le rire nous libérait de notre gravité, de notre sériosité, pour ne pas céder au vertige. Ce vertige qui nous étreint, je le sens parfois, quand nous atteignons  cette osmose inouïe, incroyable. Combien tu es attentif, à l’écoute. Je te sens vigilant, suspendu aux vibrations de mon corps, avide de ce plaisir que tu me donnes avec tant de douceur. Et moi, je me sens tellement tienne.

Il y a en moi aussi cette sensation de te combler si peu, toi qui me donne tant.

Comment te faire partager ces sensations primales, animales qui m’emportent, m’irradient.

Mais par-delà cet aspect de notre relation, il y a NOUS, cette complicité encore à l’aube du devenir, mais qui est bien réelle. Cette symbiose qui est née spontanément et qui grandit à chacune de nos rencontres. Ce sentiment de complétude et d’infinitude qui n’a rien à voir avec l’assouvissement des corps, mais qui est le contentement du cœur.

Le plaisir simple de croiser nos regards, de bavarder, de parler de nous, du passé, parfois. La joie simple d’être côte à côte, et maintenant aussi l’intensité sereine de nos silences.

Savoir préserver et entretenir cette facette essentielle de NOUS. Passer au-dessus, au-delà de notre animalité, et être NOUS. Deux en un, une entité d’amour.

Je sais que cela peut paraître exagéré, parler d’absolu. Mais l’amour est toujours absolu, sinon c’est une parodie.

Je suis consciente du fait qu’on ne peut vivre dans l’absolu de l’amour, mais il faut se hausser au niveau de notre humanité et aimer absolument. L’amour sincère nous ouvre à un autre niveau de conscience. Conscience de l’autre, de sa différence, conscience de soi. Et conscience du NOUS, fragile, vulnérable, en devenir.

Savoir aussi que cette merveilleuse chance que la vie nous donne, nous en sommes responsables, et que jamais plus nous ne verrons la vie de la même manière qu’avant notre rencontre.

Je ne sais si tu as remarqué, mais je dis NOUS. Je viens d’en prendre conscience. Comme si je pouvais parler pour nous deux, comme si j’étais à la fois toi et moi. Quelle impudence. Et pourtant il me semble que nous ressentons les mêmes choses, nous avons les mêmes sensations. Totalement personnelles, mais si semblables.

Je dois te donner l’impression de couper les cheveux en quatre, et d’écrire des poncifs rabâchés maintes et maintes fois, et malgré cela, j’ai l’impression de découvrir une nouvelle manière d’aborder la vie, ma vie, une nouvelle façon d’exister, et cela c’est à toi que je le dois.

Je me sens meilleure, plus belle de l’intérieur, je me sens des capacités d’amour infinies.

Et pour cela, je dois te dire merci.

Et puis, j’ai le sentiment d’aimer vraiment pour la première fois, Aimer avec une totale confiance, sans retenue. Tu es le seul devant qui je suis vraiment moi, vraie et sincère, et c’est merveilleusement bon.

Et puis…et puis…il y a Toi,

Inespéré, cadeau, bonheur.

Je sais bien que tu as du mal à me croire mais c’est comme ça.

C’est aussi comme ça que je t’aime, pour celui que tu es, que je découvre avec ravissement à chaque rencontre, Avec tes incertitudes et ta sensibilité à fleur de peau, avec ton désir d’être celui qu’on peut aimer, avec ton besoins de tendresse, avec ta façon de donner tant d’amour, avec ce souci que tu as de moi, avec ton désir retenu, et cette douceur qui m’enveloppe.

Reste-TOI, pour mon plus grand bonheur. Et ose !! Ose être TOI, tu es merveilleux.

Je T’aime infiniment, sans condition, naturellement, avec ravissement et délectation.

Tu es un être rare, un être de lumière, un de ceux qui nous rendent meilleurs et qui nous font trouver belle la Vie.

A très vite,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

flipperine 29/11/2013 23:57

une belle déclaration et chaque jour on se découvre encore plus

RSS Contact