Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de nephret
Quelques poêmes, quelques réflexions, un peu journal intime et surtout partage des mots et des idées...

HYDRASIL (suite)

nephret #Textes

HYDRASIL II 

 

Les années ont passé…J’ai voyagé…découvert de belles régions…fabriqué deux beaux enfants… De l’Auvergne à la Corse en passant par la Normandie, le Vercors, pour revenir dans ma Franche-Comté natale,  je suis toujours restée en contact étroit avec la nature,  avec les arbres, et particulièrement (de façon singulière et magique, avec les tilleuls. Comme si, malgré les distances, ils ne faisaient qu’un, entité protectrice, qui m’accompagnait au hasard de mes errances.

 1908-001.jpg

Quand mon premier fils est né, j’étais en Auvergne. Un adorable village pas très loin de Clermont-Ferrand, dans une jolie maisonnette entourée d’un immense verger. Je cherchais un point de chute à proximité de mon travail, et je ne sais quelle force m’a poussée à choisir cette maison-là…sauf lorsque j’y ai découvert, tout au fond du verger un immense tilleul multi centenaire. J’ai alors compris pourquoi mes pas m’avaient dirigée en ce lieu. J’y ai passé presqu’une année. Mon fils y a fait ses premiers pas, jouant entre les racines de ce vénérable ancêtre. Chaque jour, nous prenions le temps d’aller le saluer et de nous cajoler près de lui. Il m’a aidée à surmonter ma solitude, m’a redonné des forces et surtout m’a appris la sérénitude. Je renouais avec lui le dialogue commencé avec son <autre-lui>, le tilleul de mon enfance. Je me sentais protégée, en sécurité.

 

Puis je suis repartie vers d’autres obligations professionnelles…

 

Quand mon deuxième fils est né, j’étais en Corse. Une maison de berger dans un petit village à côté de Corté, puis dans la forêt de Vizzavona, au centre de cette île magnifique. Aussi surprenant et extraordinaire que cela paraisse, dans le fond de la propriété, en plein cœur cette forêt méditerranéenne, trônait un tilleul… Comment était-il arrivé là, et surtout comme y avait-il survécu ? Même l’aïeul  du lieu ne se souvenait pas de son histoire. Il était bien un peu rabougri, son tronc était tordu, torturé, mais il dégageait une belle et douce énergie, auprès de laquelle je me ressourçais. Et là encore, je retrouvais l’Hydrasil de mes quatre ans.

 

2910-001.jpg

(Une légende irlandaise raconte que dans la lande de la province de Connacht, à l’ouest de l’Irlande, que l’on appelle aussi le Connemara, s’élevait un arbre solitaire et magnifique, balayé par les embruns. Il prospérait, puis un jour il mourut… comme ça… d’un coup. On apprit, plus tard qu’à des lieues de là, dans une province de la côte Est de l’Irlande, berceau de la lignée des  Con Mhac,  un autre arbre, majestueux et solitaire, avait été abattu par la foudre. Il était du même âge et de la même espèce que celui du Connemara….. Mais il faut dire que les Irlandais sont de grands sentimentaux et que les enchanteurs et les fées sont encore très présents en Irlande…)

 

Je crois qu’il en est de même pour mes tilleuls… et ce sentiment a été confirmé bien des fois au hasard de mes déplacements, comme si Hydrasil continuait à me protéger…

(à suivre)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

flipperine 05/03/2013 10:45

les tilleuls doivent t'aimer et te porter bonheur les arbres tels qu'ils sont c'est bien joli

RSS Contact