Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de nephret
Quelques poêmes, quelques réflexions, un peu journal intime et surtout partage des mots et des idées...

JEAN-JACQUES CREVECOEUR....

nephret #Textes

J.J.Crevecoeur.jpgC'est un homme, un homme qui a voulu rester debout...

Il vous parle de lui...

 

 

J.Jacques Crevecoeur- Qui suis-je ?

Je suis belge d’origine, et je suis né le 2 mai 1961 à Tirlemont (à 12h30 pour ceux qui veulent s’amuser à dresser mon thème astrologique !) J’ai fait des études en physique quantique théorique (maîtrise aux Facultés Universitaires de Namur, en Belgique) et j’ai été lauréat du concours du meilleur mémoire belge de physique, en 1984. J’ai obtenu une bourse de trois ans de doctorat pour accomplir une thèse en physique quantique théorique, thèse que je n’ai pas terminée, parce que j’étais déçu (pour ne pas dire un mot plus violent) de découvrir l’envers du décor de la recherche scientifique, avec ses fraudes et ses jeux de pouvoir. J’ai également un diplôme en pédagogie et j’ai fait aussi deux ans d’études en philosophie générale (toujours à Namur). J’ai travaillé comme chercheur au département de pédagogie pendant deux ans.

En tant que scientifique et philosophe, je me suis passionné pour l’épistémologie des pratiques médicales, depuis 25 ans. C’est ainsi que, depuis 1984, j’étudie les fondements et les paradigmes des différentes approches thérapeutiques et médicales (homéopathie, ostéopathie, acupuncture, médecine chinoise traditionnelle, médecine scientifique, médecine nouvelle de Hamer, etc.). Depuis 25 ans, je m’informe et je me documente sur la question des vaccins. Pour bien comprendre cette question, j’ai fait l’effort d’étudier le langage médical, la virologie, l’immunologie et la biologie cellulaire (en autodidacte). Par ailleurs, ma formation scientifique me permet d’interpréter mieux que le commun des mortels les tableaux statistiques présentés par les experts en épidémiologie.

 

Je me fais ici le relais de son action….

POURQUOI ?

Parce que je suis citoyenne du monde, que j’aime mes frères humains, et que, si on le veut, on PEUT faire bouger les choses…

 

 

 

Bonjour Nephret,

Le 19 septembre dernier, je vous envoyais un courriel à propos de Fukushima . La question que je posais à l'époque, je la formulais comme suit :

 

Comment réveiller les consciences ? Comment faire en sorte qu'une frange beaucoup plus large de la population comprenne les dangers réels que nous courons au quotidien avec le nucléaire ?

Et je vous invitais à contribuer financièrement à la première étape d'un documentaire sur Fukushima en faisant un don de 10 euros minimum. Ce projet de documentaire qui sera produit en français, en anglais et en japonais s'intitule « Message in a bottle from the kids of Fukushima to the world », ce qui veut dire « Une bouteille à la mer, adressée au Monde, de la part des enfants de Fukushima  ».

Lorsque je vous ai lancé cet appel, mon objectif était clair : réunir 10.000 euros pour permettre au réalisateur belge Alain de Halleux, l'initiateur de ce projet, de financer la préproduction du documentaire (dont le budget global est de 300.000 euros). Si je vous avais lancé cet appel, c'est parce que j'avais été touché par l'engagement courageux d'Alain. Alors qu'il n'avait pas un euro devant lui, alors qu'aucune télévision ne manifestait d'enthousiasme à l'égard du projet, alors que se rendre à Fukushima constitue — encore aujourd'hui — un risque réel pour sa santé, il me confiait : « Jean-Jacques, c'est plus fort que moi, il faut que je fasse ce film ». Ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre des hommes et des femmes qui redonnent au mot sacrifice ses lettres de noblesse à travers sa dimension sacrée ; Alain fait partie de ceux-là.

 

Aujourd'hui, je suis heureux de vous annoncer officiellement que, grâce à vous, une série de miracles se sont produits. Tout d'abord, nous avons dépassé l'objectif. Douze mille euros ont été récoltés en un mois. Ça, c'est le premier miracle. Deuxième miracle : en apprenant la vague populaire de soutien dont bénéficiait soudainement le projet « Message in a bottle », la télévision belge (la RTBF) décidait soudainement de changer sa position et de s'engager comme un des producteurs du film. Du coup, d'autres télévisions ont marqué leur intérêt pour participer, elles aussi au projet - troisième miracle. Mais le plus beau de tous, c'est que pendant tout ce mois, Alain a pu contacter des familles japonaises vraiment exceptionnelles qui s'annoncent déjà comme d'excellentes messagères du film…

Ce lundi 24 octobre, Alain de Halleux s'envole de Bruxelles pour Fukushima. Il me confiait, il y a quelques jours, qu'il avait le trac. Plusieurs personnes de son entourage ont cherché à le dissuader de partir, tant les informations au niveau de la radioactivité ambiante sont floues et contradictoires. Il a peur pour sa santé — et je le comprends —, mais aussi peur de ce qu'il va découvrir sur place. « À côté de Fukushima, mon film sur Tchernobyl, c'était une vraie balade de santé » me lançait-il avec humour. « Tout est beaucoup plus compliqué au Japon, et il y a une véritable omerta sur la question du nucléaire. »

À mes yeux, ces réflexions donnent encore plus de sens à ce projet. Nous, les citoyens de la Terre, nous avons besoin d'hommes et de femmes qui osent exposer au grand jour la vérité toute crue, pour que nous puissions faire nos choix en réelle connaissance de cause.

 

Si vous le permettez, je continuerai à vous tenir au courant de l'avancement de ce projet qui est devenu, par la force des choses, notre projet. Je rencontrerai Alain de Halleux à son retour à Bruxelles, fin novembre. Et nous réfléchirons ensemble comment vous impliquer encore davantage dans la chaîne d'information autour de ce film. Pour qu'au moment de sa sortie (en automne 2012), il joue vraiment son rôle de déclencheur pour les consciences endormies…

Mais pour l'heure, réjouissons-nous de notre capacité à nous mobiliser et à manifester de véritables liens de solidarité, au-delà des frontières, au-delà des différences.

Restons debout, conscient et sans peur !

 

Jean-Jacques Crèvecoeur, Montréal (Québec)

www.jean-jacques-crevecoeur.com

PS : Je vous autorise à reproduire, à diffuser, à traduire, à publier sur vos sites et vos blogs le présent courriel. Merci, simplement, de le publier intégralement et d'en citer la source.

 

 Merci de m'avoir lue jusqu'au bout....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

flipperine 26/10/2011 18:56


c'est gentil de remercier


RSS Contact