Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de nephret
Quelques poêmes, quelques réflexions, un peu journal intime et surtout partage des mots et des idées...

LA TENDRESSE

La Tendresse.

 

La tendresse est proximité. L’autre devient proche, sensiblement, réellement.

L’aimé prend corps et chair, fragile et forte à la fois, porteur de la palpitation impressionnante de la vie. Une intimité sans équivalence s’établit entre deux êtres qui, naguère, étaient étrangers. Un pont est jeté au-dessus du <rien>. Sans se confondre, alors, le désir et la tendresse s’entretiennent mutuellement. L’ »Autre » devient chair et cher à la fois.

 La tendresse introduit une dimension nouvelle dans la relation, par rapport à la parole. Au-delà (ou en deçà) des mots, un débordement, une émotion, à mi-chemin entre sensation et sentiment. Peu importe alors ce qui est dit ou fait. La présence importe plus que les projets, l’<être> plus que l’<agir>. L’unicité de la personne de l’Autre n’est pas seulement un postulat ou un objet de foi, elle devient quasi sensible, certaine, bouleversante.

Son visage, son corps, tout son être acquièrent un prix sans égal, sa vie devient aussi (sinon plus) précieuse que la mienne.

La tendresse de l’amour.

Tout cela arrive comme une grâce, c'est-à-dire comme un cadeau, gratuitement. La quête de la tendresse, en effet, est toujours, peu ou prou, une quête de soi. Quête de reconnaissance, confirmation de sa valeur, sentiment de sécurité affective. Désirs bien légitimes en somme, mais qui reconnaissent la place de relation plus exigeante, à des nourritures plus fortes.

La tendresse doit être acceptée et reconnue à sa juste valeur. En reconnaître la saveur incomparable, lui donner sa pleine et vraie place dans une relation amoureuse, c’est en faire un vrai ciment, un élément de la per-durabilité de cette unicité qu’est le <NOUS>

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact